Etudiante en 4e année à Sup’Hcom : « Mon premier stage en communication »

Amina Chérif SERIFOU, étudiante en 4e année en communication à l’école supérieure des sciences humaines et de communication Sup’Hcom partage avec nous son expérience de stage à l’agence ivoirienne de presse (AIP), ses motivations, ses missions et ses projets d’avenir.

 

Sup’Hcom : Vous avez passé un stage opérationnel à l’AIP. Pourquoi avez-vous opté pour cet organisme?

SERIFOU Aminata Chérif : J’ai passé un stage de 3 mois à l’agence Ivoirienne de Presse (AIP) en 2014 lors de mon année de licence en journalisme a l’African University College of Communications (AUCC) à Accra, Ghana. J’ai opté pour cet organisme car étant étudiante en 3e année de communication, spécialisée en journalisme, je me devais d’acquérir la connaissance pratique du métier de journaliste et l’AIP bénéficie d’une bonne réputation parmi les différentes structures de journalisme en Côte d’Ivoire. Elle ne s’engage pas à faire les éloges d’un parti politique ou d’un politicien en particulier mais elle se charge juste de relater les faits véridiques aux populations et de les informer quotidiennement sur l’actualité de la Cote d’ivoire. C’est dans cette optique que mon choix s’est porté sur l’AIP.

Sup’Hcom : Pouvez-vous nous parler de vos missions lors du stage?

SERIFOU Aminata Chérif : Lors de mon stage à l’AIP, j’ai appris à rédiger des articles dont deux ont été publiés sur le site officiel de l’AIP et par la suite repris et publié à leur tour par deux différents organes de presse en CI dont le plus célèbre organe de presse électronique de Cote d’ivoire (Abidjan.Net) et un organe de presse écrite indépendant (L’intelligent d’Abidjan). J’ai aussi appris à couvrir des événements (exemple du 54e anniversaire de l’indépendance de la Cote d’ivoire en présence du Président de la République et des membres du gouvernement) auquel j’ai eu l’honneur d’y participer en tant que journaliste stagiaire à l’AIP.  j’ai aussi pris part à plusieurs conférences de presse organisées par des ministres ; au vote d’une nouvelle loi à l’Assemblée Nationale ; à l’élection du nouveau président de la chambre de commerce et d’industrie et bien d’autres. De plus, j’étais chargée au sein de l’agence de répondre quelques fois à des communications téléphoniques professionnelles. Donc globalement, durant mon stage, J’ai fait de la rédaction d’articles, du reportage, de la couverture d’événements et la gestion des appels téléphoniques.

Sup’Hcom : Si vous ne deviez retenir qu’une chose de cette expérience, que serait-ce?

SERIFOU Aminata Chérif : Je retiendrai la disponibilité, la patience, la gentillesse et les efforts fournis par le journaliste dont j’étais placée sous la tutelle pour me faire acquérir la connaissance du métier lors de ce stage d’apprentissage pratique.

Sup’Hcom : Quel a été le rôle de l’école Sup’Hcom dans l’orientation vers ce stage?

SERIFOU Aminata Chérif : L’une des raisons pour laquelle j’ai choisi l’école sup’Hcom, est que dans le programme d’étude offert par l’école, quelques matières de journalisme étaient représentées, et vu que ce stage m’a permis d’aimer encore plus la filière journalistique, je ne comptais pas perdre mon ‘bagage intellectuel’ en journalisme mais plutôt le développer. Donc l’école Sup’Hcom, grâce à son programme plus que complet en communication et journalisme m’a tout de suite convaincue et c’est ainsi que je me retrouve aujourd’hui étudiante en 4e année sup’Hcom.

Sup’Hcom : Comment envisagez-vous votre avenir professionnel?

SERIFOU Aminata Chérif : Après l’obtention du master en communications des organisations à l’école Sup’Hcom, je compte m’inscrire pour un doctorat. Ensuite je prendrai des cours parallèlement pour accroître mes connaissances en infographie et développement web. Je me vois plus tard, propriétaire d’une entreprise de communication événementielle et publicitaire. Je n’oublie pas le métier de journalisme que j’aimerais aussi pratiquer en tant que journaliste reporter pigiste, c’est à dire pas à plein temps mais plutôt payée par article.